Retour au Sommaire
La pose du Plug

La Stratification

La pose des Ailerons

Par Piou - dernière mise à jour le : 2006-10-04

Préparation psychologique

Le pain de mousse a été shapé jusqu'à la perfection ! Tu es super content de ton travail et tu es pressé de passer à la suite ? STOP ! La stratification est une opération qui se prépare. Tu n'as pas trop droit à l'erreur. Je te recommande de vérifier deux fois ton matériel et même de faire une répétition générale. (je sais, c'est ridicule mais bon, c'est ton argent...).

Le maitre mot de la stratification, c'est Speeed ! Une fois que c'est parti, rien ne peut plus arrêter la prise de la résine. Le temps de vie en pot varie de 10 mn (polyester à 24°C) à 40 mn (époxy à 18 °C). C'est dire qu'il ne faut pas chômer.


Préparation matérielle
  • Tous les défauts ont été mastiqués au mastic micro-ballon (poudre de micro-sphères + résine).
  • Bien épousseter le pain de mousse ou passer l'aspirateur en douceur (avec une brosse).
  • Le local est stabilisé en température (~20°C).
  • Le temps n'est pas humide.
  • Un copain sympa est présent pour t'aider et te passer les outils (et t'éponger le front ;-).
  • Tu as vérifié deux fois qu'il ne te manque rien.
  • Le pain de mousse est posé sur le ventre sur deux traiteaux lourds et matelassés.
  • Tu peux circuler librement autour du pain de mousse.
    Pour débuter en douceur...

    Pour la première fois, je te propose de mettre en oeuvre quelques "trucs" qui vont te permettre de démarrer en douceur. Les fois suivantes, tu pourras t'en passer si tu te sens à l'aise.

    La partie la plus délicate, c'est d'arrondir et de bien plaquer (sans bulles) le tissu sur les rails. La fibre a tendance à se décoller et à vivre sa vie loin du pain de mousse. Plus l'angle du rail est vif et plus c'est délicat.

    Nous allons donc commencer par passer une couche de résine sans tissu sur toute la surface de la planche. Cette couche sera bien étirée pour être assez fine (et donc légère). Le but est de créer une bonne surface d'accroche pour la première couche de tissu de verre. Tu peux aussi ajouter à cette résine un peu de silice pour rendre la résine un peu plus épaisse. De cette façon, elle aura moins tendance à couler (et elle s'infiltrera moins dans la mousse)

    Débutant intégral : Il est souhaitable que ton premier contact avec la stratification se fasse sans difficulté. Afin de renforcer le pont de la planche qui souffre beaucoup (coups de talons) tu vas commencer par stratifier un ovale de tissu sur le pont de la planche. Cet ovale n'a pas à recouvrir toute la planche mais juste la zone la plus exposée : de l'arrière jusqu'aux 2/3 avant sans déborder sur les rails. C'est simple (c'est tout plat) et ça se fait sans problème. Ton seul souci va être de bien imprégner toute la fibre jusqu'à ce qu'elle devienne bien transparente (disparition de l'aspect blanc) et à veiller à l'absence de bulles.


    Stratégie de bataille

    Tu as décidé que tu allais faire 3 couches dessus et 2 dessous. Mais dans quel ordre ?

    deux techniques sont possibles :

  • tu fais tout le dessus d'un coup puis tu ponces puis tu fais tout le dessous
  • tu fais dessus, dessous, dessus, dessous, dessus.
  • la première méthode ( très employée en production de série) :
    • Est plus rapide.
    • Est plus légère puisque tu passes la raclette une seule fois pour les 2 ou 3 couches. La fibre bien imprégnée dégueule plein de résine et les couches de fibres sont très serrées donc moins épais donc moins de résine sur la planche (mais plein par terre ;-) donc plus léger.
    • Le ponçage de la sur-épaisseur entre le dessus et le dessous est plus difficile (2 ou 3 couches d'un coup) et ça fait une marche qu'il est difficile de rattraper. (voir shéma => )
    • Il y a un réel risque de prise rapide en surface avant que toutes les trois couches soit bien imprégnées. La fibre risque de garder un aspect fibreux blanchâtre, signe d'une stratification trop pauvre en résine.
    la deuxième méthode (fortement conseillée pour la production artisanale) :
    • Est plus longue puisque qu'il y a stratification d'une couche puis durcissement. Quand c'est sec, on retourne puis on recommence de l'autre côté.
    • Le ponçage de la petite marche entre deux couches est plus facile. (voir shéma => )
    • Le résultat est un peu plus épais (les couches sont moins "intimes") donc, c'est un peu plus lourd.
    • La prise de la résine est un peu plus lente (couche plus fine), tu as plus de temps pour éliminer les bulles.
    • La couche est plus fine, donc les bulles traversent et quittent la fibre plus facilement.
    • En cas de problème, tu gueules un grand coup et tu peux toujours arracher la couche qui pose problème. (pas souhaitable mais possible : j'ai déjà testé pour toi ;-)


    Devons nous utiliser les mêmes méthodes que les shapers pros ?

    Les shapers ont un impératif : la rapidité car le temps, c'est de l'argent.

    Leur technique habituelle :

  • on pose le tissus de verre sur le pain de mousse et on l'ajuste
  • on fait couler la résine sur le tissu
  • on fait pénétrer la résine dans le tissu pour que le tissu s'imprègne de résine et se colle sur le pain.
  • Certains trop rares shapers contestent cette méthode très répandue car le collage du tissu sur le pain n'est qu'une consequence secondaire de l'enduction de résine.

    La méthode de ces shapers :

  • on pose le tissus de verre sur le pain de mousse et on l'ajuste
  • on enroule la moitier avant du tissu sers l'arrière
  • on fait couler la résine directement sur le pain> et on l'étale
  • on redéroule le tissu vers l'avant (il boit une partie de la résine en trop)
  • on fait couler de la résine sur le tissu pour compléter l'imprégnation
  • on refait la même chose pour l'arrière de la planche
  • Cette seconde méthode est elle meilleure que la première ? Probablement. Elle est un peu plus gourmande en résine ce qui laisse à penser que la première technique de stratification est un peu pauvre. De cette façon, on évite bien des problèmes de délaminage. Par la suite, je décris la première méthode mais je te conseille vivement d'expérimenter la seconde. C'est toi qui vois !


    Action !

    Mise en place du tissu de verre :

  • Tu commences par dérouler le tissus de verre sur le pain de mousse.
  • Tu découpes la longueur nécessaire (plus 5 cm à l'avant et 5 cm à l'arriere du pain).
  • Le tissu déborde sur les côtés.
  • Avec des ciseaux bien affutés, tu découpes le tissu en suivant les contours du pain et en laissant tout autour une marge qui pend de ~3 cm sur les côtés.
  • Cette marge va permettre de recouvrir les rails pour les renforcer (contre les chocs).
  • Enleve délicatement le tissu (sans faire d'accrocs) et pèse le. Note le poids.
  • Remets le en place.

  • Il ne te reste plus qu'à enlever les quelques fils de fibre qui dépassent.
  • La résine :

  • Prépare à portée de mains : la fourchette, la spatule souple, un pinceau et du Sopalin.
  • talque tes mains et mets des gants de latex
  • Prends un bol qui va acceuillir la préparation de résine.
  • Fais un tarage de ta balance : mets le bol vide dessus et régle la à zéro.
  • Préparation particulière à la résine polyester :
    Le calcul de la proportion de durcisseur peut parfois être délicat. Bien lire le texte descriptif sur le pot de résine. Le pourcentage est généralement de 2 à 3 %. Mais du poids ou du volume ? Sachant que la masse volumique est généralement comprise entre 1,2 et 1,9 Kg/L, 100 ml de résine pèsent entre 120 et 190 gr (à confirmer).

  • Verse dans le bol un peu plus de résine que le poids de tissu : pour 200 gr de tissu, pèse 250 gr de résine.
  • Calcule le volume de durcisseur à préparer (voir ci-dessus). Si il fait chaud (>22°C) mets en un peu moins.
  • Dose le durcisseur dans une seringue en plastique graduée en milli-litre.
  • Préparation particulière à la résine époxy :
    Le calcul de la proportion de durcisseur n'est pas trop difficile. Bien lire le texte descriptif sur le pot de résine. Le pourcentage en poids est généralement de 40 parts de durcisseur pour 100 parts de résine. Le pourcentage pour le volume généralement de 50 volumes de durcisseur pour 100 volumes de résine.

  • Verse dans le bol un peu moins de résine que le poids de tissu : pour 200 gr de tissu, pèse 170 gr de résine.
  • Calcule le poids de durcisseur à préparer (voir ci-dessus)
  • Dose le durcisseur dans un second bol identique au premier (même poids) sur la balance.
  • Stratification : c'est parti !!!

  • Prends la fourchette, verse le durcisseur dans le bol et mélange bien pendant 30 secondes.
  • Spatule dans la main droite (main gauche pour les goofy ;-), verse une grande partie de la résine au centre du pain (le long de la latte centrale).
  • Etale la en appuyant pour la faire bien pénétrer dans la fibre.
  • Toute la fibre doit devenir bien transparente.
  • Tire la résine du centre vers les bords.
  • Surveille l'absence de bulles et élimine les avec la spatule.
  • Imbibe bien de résine les rails et rabats la marge sous le pain.
  • Si la marge refuse de coller sous le pain, passe un coup de résine au pinceau directement sur le pain pour faciliter le collage (voir Johan sur la photo).
  • Après un rapide coup d'oeil sur le pont de la planche, ton seul souci reste les rails.
  • Il est possible que des plis apparaissent.
  • Ces plis sont d'autant plus forts que l'arrondi de l'outline est fort (surtout à l'avant et à l'arriere).
  • Tu peux évantuellement donner des petits coups de ciseaux dans les zones qui gondolent (surtout aux extrémités avant et arrière) pour que la marge se replie sans faire de plis. Mais n'utilise cette méthode que si tu ne peux pas éviter les plis.
  • Jusqu'à la prise définitive de la résine, surveille les rails surtout aux angles vifs (nose et tail).
  • Vérifie l'absence de bulles. En cas d'apparition, élimine les vite.
  • Si la marge se décolle de sous le pain, insiste avec la spatule.
  • Dès que la résine commence à se gélifier dans le bol, jette vite son contenu dans un chiffon (attention : brulures).
  • Eponge toi le front et tiens bien le coup jusqu'à la fin : courage, c'est sec dans 10 mn !! [;o))
  • Quand la fibre commence à devenir dure comme du cuir, tu peux en profiter pour couper au cutter ce qui dépasse (en faisant attention de ne rien décoller).
  • Essaye aussi d'éliminer à ce moment là les éventuelles coulées de résine (gouttes..).



    à deux, c'est mieux ! Johan imbibe bien les rails de résine pendant que Piou l'étale à la spatule.


    Ca y est, c'est dur !
    La fibre ne colle plus aux doigts : fin de l'épreuve, prends une bière et souffle un peu....

    Attends au moins une heure puis commence à éliminer au cutter et au papier de verre les irrégularités qui dépassent (surtout aux extrémités de la fibre). Si jamais quelque chose dépasse, la couche suivante ne pourra pas rentrer en contact intime avec la précedente ou avec le pain et tu auras une belle bulle. Fais attention quand même à ne pas tailler profond, tu risques d'abimer le pain de mousse.

    Le dessus de la fibre présente normalement un aspect rugueux mais ça, c'est pas grave. Ne ponce pas.

    Si jamais tu repères un décollement ou une bulle (la fibre n'est pas en contact avec le pain), il est toujours temps de réparer (vérifie bien le nose et le tail). Découpe au cutter la petite zone qui n'est pas collée contre le pain et fait une rustine (résine + fibre si nécessaire)

    En cas de gros trou entre deux fibres, même chose, coule un peu de résine pour combler et assurer la liaison pour la couche suivante puis ponce doucement la sur-épaisseur.

    L'autre côté
    Le travail est un peu plus facile car les rails vont coller plus facilement sur la couche précédente.

    Le principe est le même. Il faut quand même surveiller le point de jonction avec la marge de la couche précédente. Il faut être attentif à bien imbiber de résine cette zone qui est propice à l'apparition de bulles.

    Les autres couches
    Bien lire les indication sur les pots de résine. Certaines marques conseillent de ne pas attendre plus de 8 heures entre deux couches de stratification, sinon la liaison inter-couches sera moins solide.

    Globalement, la méthode reste identique à celle décrite ci-dessus mais c'est un peu plus facile car ça colle mieux.

    Quand tu fais couler la résine sur les couches suivantes, pense à bien imbiber la fibre car une partie de la résine va servir à combler les petits trous des irrégularités de la couche précédente (dans la structure du tissage).

    Pour la dernière couche, soit généreux en résine. Essayes d'avoir un aspect le plus lisse possible, ça sera toujours ça de moins à faire pour le glass.

    Ponçage

  • Ponceuse rotative (ou perçeuse avec disque souple) et papiers de verre moyen (100-150-200).
  • Il est préférable d'intercaller entre le papier de verre et son support, une couche de néoprène souple pour le rendre moins aggressif.
  • Prends ton temps, n'appuis pas trop et vas-y tout doux sur les angles vifs (rails...).
  • Tu dois obtenir un résultat mat et bien lisse au touché.
  • Fais attention de ne pas attaquer les couches de fibre.
    Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage...


    http://www.chevauchonde.net/