Douceurs d’automne

mardi 21 novembre 2006.
 
L’autome des terres du sud ne connait pas les frimas. Douceur et tiédeur sont nos privilèges. En bord de mer, le surf devient solide mais en montagne, les thermiques se calment et les ailes glissent doucement...

Tout étonné de pouvoir encore me promener en short au milieu des belles vignes rousses, je décide en ce doux mois de novembre de monter me rafraichir près des cimes.

L’air est parfumé et les châtaigners colorent de jaune la forêt de l’adret.

Mon aile sur le dos "juste au cas où", je me retrouve sur le déco de Ceret au nord du pic Boularic.

Déco spacieux et bien orienté...aucune prise de tête. L’air est calme, la situation me parait propice : je me lance.

JPEG - 54.3 ko
(merci Sophie pour la photo ;-)

Décollage en douceur au dessus des châtaigners chargés de leurs fruits piquants !


A gauche, la plaine du Roussillon. A droite, le massif des Albères qui s’éloigne vers l’est jusqu’à la mer, encore tiède en cette saison.

On distingue nettement l’autoroute qui escalade doucement les contreforts des Pyrénées pour les franchir au col du Perthus.


Sous mes pieds, les taches bleues des piscines. Les luxueuses propriétés s’abritent des regards sur les "Hauts de Ceret".


Serait-ce le H d’un héliport privé ? Oui...

...c’est le privilège du parapentiste : un point de vue à nul autre pareil.


Autoportrait sur fond de vallée du Tech. Ceret, petite sous-préfecture, se niche en son sein. Les fortes chaleurs de l’été sont oubliées.


Rencontre en plein ciel avec un vol de grands migrateurs qui prennent la route du sud pour franchir les montagnes.

L’atterrissage approche, décembre presque là. Le grand oiseau qui m’abrite sous ses ailes est bientôt posé au sol. Il se souviendra, tout l’hiver durant, de ces derniers vols calmes d’automne...en attendant le printemps !


Un grand merci à cette météo exceptionnelle qui nous offre encore de telles conditions de vol. Merci, encore merci !
Répondre à cet article

Forum