La résurrection du Cornichon

mardi 17 octobre 2006.
 

Il y a quelques années, mon ami Piou, à force de me raconter ses histoires de shape et ses péripéties « résinistiques », avait fini par me motiver à faire ma première planche. A l’époque, j’avais réussi à récupérer une vieille rougne de planche : une espèce de rétro planche avec un petit swallow, un foil au milieu de deux dérives courbées reprises par FCS il n’y a pas si longtemps... C’était une épave vert fluo qui pourrissait depuis 25 ans au fond d’un garage et qu’il m’a fallu décortiquer et délaminer entièrement. Le pain était pourri et tout jauni, les dérives très abîmées, le shape grossier, la startification gondolée et peinte à la bombe vert fluo par dessus le glass !

JPEG - 62.9 ko

Bref, après moultes essais, j’étais arrivé à reshaper quelque chose qui ressemblait à une planche et qui, grâce à sa magnifique couleur verte d’origine, fut re-baptisée LE CORNICHON. Mais à mes débuts zincertains, j’expérimentais les dosages de résines sans trop savoir les temps de gélification et mon glass était plus que vilain... Au final, je n’ai jamais trop surfé cette planche et ce à cause de plusieurs excuses qui m’arrangeaient bien : le glass était pourri, a planche était trop petite pour moi et aussi un peu trop lourde, le shape toujours aussi aléatoire... Enfin, je l’ai mise à l’eau trois fois juste histoire de vérifier qu’elle flottait et tenter de prendre au moins quelques vagues. Voilà ! Et depuis six ans, elle est planquée dans la cave ou le garage... je me la traîne plus comme un fardeau que si j’en étais fier !

Eh bien, j’ai dû avoir pitié d’elle et comme j’avais un peu de temps en septembre, j’ai décidé de lui donner une autre chance et de lui refaire une beauté ! Donc armé de ma plus belle ponceuse, je l’ai entièrement reponcée jusqu’à attaquer la première couche de fibre sous le glass et même plus à certains endroits car il y avait des courbes de niveau !!! Ensuite, j’ai également reponcé et affiné les dérives et leur ai donné une jolie couleur jaune. La finition bois du nose était aussi très grossière et je l’ai également remodelée.

Et alors le plus intéressant dans cette « résurrection » est d’avoir modifié l’outline sur le tail. A l’époque, suite à je ne sais quel délire ou plutôt dérapage de ponceuse ( !), j’avais créé deux petits « décochements » entre les dérives latérales et le swallow, c’était à la mode ! Eh bien là j’en ai décidé autrement et j’ai remis la matière là où j’en avais enlevée.

J’ai découpé deux gros morceaux de blasa et je les ai poncés, poncés et reponcés jusqu’à pouvoir les appliquer sur l’arrière de la planche.

Une fois collés, le long du tail, j’ai à nouveau poncé les deux blocs de balsa afin de prolonger les rails de manière « plus ou moins harmonieuse » et de sorte à ce qu’au toucher il n’y ait pas « d’escalier » entre l’ex-stratification et le futur nouveau tail de la planche.

L’avantage du balsa réside dans sa légèreté et la friabilité qui permettent de poncer micron par micron jusqu’à atteindre et rejoindre la forme du pont et de la carène comme si c’était d’origine.

Une fois satisfait de mes deux rajouts en balsa, j’ai préparé un petit « mastic » bien épais à base de micro-ballons et de résine, et comme pour une carrosserie, j’ai étalé le mastic avec une petite racle souple afin de boucher les petites imperfections et fissures qui demeuraient entre le pain et les rajouts de balsa. Après un petit coup de ponçage, j’ai ré-entoilé et consolidé ce nouveau tail avant de préparer ce nouveau cornichon au glass final.

Voilà « LE CORNICHON » dans sa troisième version qui cela dit est toujours un peu lourd mais qui maintenant bénéficie d’un nouveau petit cul, de dérives plus hydro-dynamiques et surtout d’un glass beaucoup plus joli que les deux premiers !!!

Les prochaines nouvelles que je vous donnerai de cette troisième moutures du Cornichon seront les résultats des essais en conditions de vagues réelles ! A suivre...

Répondre à cet article