Un plug de leash à l’ancienne : le pontet

dimanche 10 septembre 2006.
 
La norme actuelle, c’est le plug de leash. Alors pourquoi faire différement ? Parce que, pour le shaper amateur, ce n’est pas toujours la meilleure solution.

Le plug de leash présente un avantage écrasant : il est très rapide à poser ! Et pour une production industrielle, c’est un critère imparable. C’est pour cette raison que la totalité des planches actuelles sont équipées de cette façon.

Pour le shaper de garage, la rapidité de pose n’a pas grande importance car il privilégie plutôt la solidité ou l’esthétique. Il peut alors se permettre de chercher d’autres solutions :

1) La "tringle à rideau"
2) Le pontet en fibre
3) Le rail US percé

1-La "tringle à rideau"

Dans un tail solide (bois massif), on insère une tige en acier inox (tronçon d’une tige de vis inox).
- cette tige est assez large pour accueillir une sangle de leash
- il y a assez d’espace entre elle et le pont pour passer la sangle
- elle est très reculée

Avantages :
- très solide
- très reculée, elle réduit la traction sur le leash
- aucune sur-épaisseur

Inconvéniants :
- poids de la tige et du tail-bloc
- long travail de menuiserie pour le tail-bloc
- l’acier doit être totalement inox (pas en cochonium)
- obtenir un aspect discret nécessite un travail soigneux

2-Le pontet en fibre

C’est la vieille méthode qui ressort des placards. Un choix judicieux pour les planches rétros.

Et voilà le résultat !

Avantages :
- discret et très propre
- look inimitable
- très solide
- côut zéro + epsilon

Inconvéniants :
- petit travail de stratification
- léger dépassement du pont

Construction

- on découpe un carré de fibre 6oz de 15cm de coté
- on sépare les fibres pour faire un toron
- on utilise une petite fibre pour lier le centre du "fagot"
- on étale en double évantail

- on prépare deux petits trapèzes en fibre 4oz
- on se procure un filtre de cigarette
- on prépare une résine sans charge et on impregne le toron
- Il doit rester aucune bulle !
- on étale bien le double évantail par dessus le filtre
- on place les deux trapèzes de tissus de fibre

- on recouvre les deux trapèzes avec du plastique
- on vérifie une dernière fois qu’il n’y a aucune bulle !
- éventuellement, on scotche les plastiques

- on met sous presse et on attend que tout soit dur

- on démonte tout et on arrache le filtre
- on ponce et on peut glasser

JPEG - 5.9 ko
Et voilà le résultat !
Répondre à cet article