Réunion 2005 du bureau de l’AST

vendredi 3 février 2006.
 

Journée cohésion du 23 décembre 2005

Comme tous les ans, les membres de l’AST qui ne sont pas en voyage, coincés au boulot (ou disparu en mer ;-) se réunissent pour une petite bouffe.

A l’ordre du jour cette année :

  1. Désignation de la plus belle vague
  2. Désignation du plus gros wipe-out
  3. Désignation du meilleur cru de Bordeaux
  4. Autocritique des membres du parti avec flagellation publique.
  5. Charte graphique du présent cyber-journal
  6. Projets pour 2006 et listes des bêtises à ne pas rééditer.

Autour d’un bon rhum de Gwada, nous avons proprement et sans bavure expédié les points 1 et 2.

Maitre Bolly, chef cuisto, nous a préparé un copieux repas qui nous a permit d’éponger le carburant accompagnant des points 1 & 2 afin de pouvoir traiter sainement le point 3. Dur, dur, les Bordeaux tenaient tous la route (le Jurançon aussi mais c’était pas à l’ordre du jour).

En l’absence de fouet, le point 4 fut remplacé par un concours de pets qui aurait pu mal finir si nous n’avions eu la sagesse de l’interrompre pour passer rapidement au point 5.

Il nous faut ici applaudir le self contrôle des rédacteurs du journal qui malgré leurs difficultés éthyliques surent rester dignes et concentrés pour affronter cette question oh combien fondamentale : "on met un fond en noir ou on reste en blanc cassé ?? ". Le blanc cass’ l’emporta à l’unanimité.

Pour fêter cette décision graphique courageuse, le rhum de Gwada fit une réapparition remarquée qui nous empêcha de traiter le point 6. En l’absence de décision à ce sujet, je conseille de s’en tenir aux choix de 2005 ou du moins d’essayer de ne pas faire pire !

JPEG - 40 ko
Pas très nette cette réunion. Franchement floue même !

Comme d’ab’, le zoeil était là pour immortaliser cette grand-messe typiquement Basco-Landaise. Vous pouvez retrouver les photos ici :

http://ph.bouet.free.fr/2bgal/disp_serie.php ?id_album=10

à l’année prochaine (dans 7 jours) pour de nouvelles aventures humides où même le gosier ne restera pas au sec.

Répondre à cet article