Braquage à SIKRET SPOT

mercredi 19 octobre 2005.
 

Une houle énorme était rentrée dans la journée du samedi 15 octobre et une barre infranchissable nous empêchait d’atteindre le large... Nous avons attendu toute l’après-midi mais en vain... Nous nous sommes consolés avec un coucher de soleil magnifique et beau comme un clin d’œil qui nous promettait un dimanche meilleur.

Le lendemain, lorsque la marée était arrivée à son meilleur point, nous nous sommes livrés à un premier vol... mais juste un petit larcin... un petit braquage de droites et de gauches un peu irrégulières. Certes, le vent nous couvrait mais la cachette secrète n’était jamais au même endroit. Nous ne sommes pas rentrés bredouilles et nous avions chacun quelques jolies images dans notre escarcelle !

Le lundi venu, alors que le Bobo avait rejoint son ordinateur "préféré" au travail, notre deuxième braqueur n’a pu résister à la tentation de réaliser... LE PLUS GROS BRAQUAGE DE LA SAISON !

Par où commencer pour vous décrire cet incroyable cambriolage du lundi 17 octobre 2005 ? Tout a débuté le matin, mais alors que la marée était trop basse, le brigand masqué s’est planqué sournoisement en guettant le montant avec une impression que le butin de la journée serait LE CASSE DE L’AUTOMNE ! Et au vu du coefficient de 102, le voyou ne s’est pas démonté... Il a préparé ses outils et revu son plan d’attaque "Droite - Gauche - Bottom - Snap - Cut Back" ainsi que toute la panoplie de parfait braqueur.

Plus la marée montait, plus cela devenait magnifique et c’est alors qu’il s’est avancé, à pas feutrés, et doucement, sans aucun bruit, seul, il est entré dans la boutique ! Et là, après avoir neutralisé le système d’alarme et chauffé les instruments, notre "Arsène Lupin" a choisi judicieusement chaque écrin, prenant soin de ne s’emparer que des plus beau bijoux !

Ce que l’imprudent n’avait pas calculé, c’est qu’il s’est servi comme un petit gorret ne laissant passer aucune série sans en saisir une et ce, beaucoup trop rapidement.

N’ayant pas mangé avant le délit, vers 16h20, après 3 heures de gavage, le voilà ressorti (a son grand regret) dans un état proche du malaise... Un état dans lequel vous avez l’impression d’avoir les jambes lourdes et cotonneuses à la fois... A la fin il ramait en fixant des bulles à la surface et se disait : "allez rame jusque là, mets-en encore une dernière dans ton sac et tu sors !".

Donc à la sortie, il a pensé très fort à vous, et a tenu à vous faire quelques photos de son "sikret spot" qui, il faut le reconnaître pour une fois, regorgeait de divins trésors. Se retrouver tout seul au pic avec un léger vent de terre et des joyaux d’ 1m20 à 1m50 lui a laissé vraiment une impression bizarre, d’avoir vécu une session éphémère mais inoubliable.

Tout comme il était arrivé, notre voyou s’en est allé discrétement ne laissant dans le sable que quelques empreintes qui allaient être rapidement effacées par sa fidèle complice la marée haute.

Répondre à cet article