Glass, ponçage et finish

mardi 11 novembre 2014.
 
Les dernières étapes sont finies... les 2 nouveaux bébés sont prêts pour la baignade !

Bonjour à tous,

Eh bien voilà... le travail touche à sa fin... il reste quelques "petites" opérations à accomplir mais globalement, le plus gros est fait... Avant d’attaquer le hot coat, il faut vraiment poncer les planches et retirer tous les reliefs parasites et toutes les aspérités qui pourraient non seulement transparaître au travers de l’aspect final mais surtout tout élément qui pourrait perturber la glisse des planches. Pour cette étape de ponçage, j’ai quand même choisi la "facilité" et ma bonne vieille ponceuse "égocentrique" ( !) qui m’a rendu de fiers services ! Toutefois, je ne peux m’empêcher de terminer à la main et de scruter centimètre par centimètre chaque planche et de laisser glisser la main jusqu’à ce que ce soit lisse de chez lisse...

Au niveau du système d’attache de leash, comme pour les mini simmons, j’ai opté pour le système du pontet à l’ancienne et ce pour trois bonnes raisons. C’est vraiment pas cher comme technique, c’est ultra solide et enfin ça rajoute un ptit côté "old style" que j’apprécie particulièrement. La technique est assez simple à réaliser et avec peu de matière. Je rassemble une grande quantité de fibres de verre (roving) que je noue par le milieu et "fabrique" deux tresses par pontet. Protection du pont avec tape de masquage, un petit "pont" en plastique découpé dans une vieille bouteille de détergent et un petit pot de résine. Une fois le tail protégé et le pont calé, je trempe les tresses dans la résine et les dispose de part et d’autre du pont en forme de "diabolo". Les fibres bien imbibées se plaquent facilement et se superposent en s’étalant facilement. Une fois que la forme du pontet me plaît, je donne un petit coup de ciseaux sur le petit nœud qui maintient les fibres et avec le doigt j’étale les fibres pour lisser le pontet. Je laisse gélifier, je retire le tape de masquage et après 24 heures de séchage on peut poncer pour faire disparaître les reliefs et autres bulles avant le hot coat.

Pour la 7’6’’, il me reste également une finition à réaliser avant le hot coat : le pinline de couleur. Je vais donc choisir une petite "difficulté" supplémentaire : le pinline en relief. Ces finitions étant sur le pont, elles ne perturbent aucunement la glisse et j’ai récemment observé une planche "old style" avec pinline relief et j’ai trouvé ça très joli (ça ne regarde que moi !). Le premier pinline concerne la jonction entre le tissus orange et le violet "Milka" du pont. Il est là pour cacher les imperfections de jonction et créer une scission nette entre les deux matières. La technique consiste à dérouler le tape de masquage de manière parallèle et rectiligne pour obtenir un joli pinline fin et bien régulier. J’ai d’abord choisi un jaune "pétant" et après avec de l’orange et du rouge, j’ai fait quelques moirures pour retrouver des teintes présentes dans le tissus.

Pour la jonction entre le rabat en violet Milka et le mauve foncé, j’ai choisi une mauve encore plus foncé et un pinline un peu plus large car il y avait plus d’imperfections visibles !!! Je ne savais pas comment faire pour rendre le pinline en relief et j’ai testé le mélange de résine + microballons + pigments et ça a très bien marché. Il y a juste une légère remontée de microballons dans le pinline foncé qui le rend un peu plus clair par endroits mais bon... on ne va pas commencer à faire du mal aux mouches... on n’est pas monté pour !

Hé bien voilà... Pontets et pinline faits... Ponçage fait... Yapluka réaliser le hot coat des deux planches avant le ponçage fin et le gloss final. Par expérience, j’avais constaté que le ponçage final est quand même bien plus facile sur de la résine polyester que sur de l’époxy. Donc j’ai fait le hot coat et le gloss final en résine polyester alors que les planches sont stratées en époxy. La chimie est différence, certes, mais il faut juste assurer une adhérence mécanique entre la dernière couche de stratification et le hot coat. Donc, lors du ponçage "brut avant hot coat" il faut éviter de trop "lisser" la planche pour justement permettre l’adhérence mécanique des deux différentes chimies.

Les étapes qui suivent sont assez simples et répétitives : hot coat - ponçage fin - gloss et re-ponçage fin, super fin et ultra-fin ! Les deux planches seront semi-glossées au final : ni mates ni ultra brillantes... un juste compromis. Ah oui... une dernière petite astuce... au fil du temps, j’ai remarqué que pour faire de beaux hot coats et gloss, il faut bien liquéfier la résine. Donc avant de faire le mélange avec le catalyseur, je place mon pot de résine dans un récipient avec de l’eau chaude et je remue lentement (sans faire trop de bulles) pour bien tiédir la résine. Grâce à cela, la résine devient hyper fluide, les bulles disparaissent, elle s’étale très très facilement et aussi elle gélifie beaucoup plus vite : ce qui est un gros avantage pour ces deux étapes qui ne nécessitent pas beaucoup de temps.

Dans un prochain article, je vous raconterai comment s’est passée la mise à l’eau et je tirerai un "bilan" le plus objectif possible du comportement dans les vagues des deux engins. J’espère réussir à "corrompre" un ou une photographe pour illustrer ce prochain article !!! A bientôt.

Répondre à cet article

Forum