Renforts et stratification

lundi 3 novembre 2014.
 

Bonjour à tous,

La pause est finie : y a du pain sur la planche !!!

Après ce petit interlude automnal pour ne pas dire estival, nous revoilà face à nos deux pains de polystyrène qui ne demandent que d’être habillés... Mais avant de les habiller, il va falloir les renforcer. Ces deux pains ne sont pas lattés et comme lorsque j’ai réparé la 9’6’’, je vais d’une part insérer des renforts en tubes de carbone au droit du collage des 2 morceaux et d’autre part, à la place de la latte en bois, je vais coller une bande de renfort en carbone sur toute la longueur de la carène.

J’ai opté pour deux insertions de trois tubes en carbone collés ensemble (tube carbone pour cerf-volants de chez Decathlon) et enfuis dans deux réservations remplies de résine + micro-ballons. Par contre, pour assurer une finition de surface bien lisse, j’ai découpé deux réglettes dans mes chutes de polystyrène et complètement adaptées aux deux réservations remplies de résine. Après séchage, un ptit coup de cale à poncer pour éliminer les surplus et lisser le pont au droit des deux insertions.

J’ai acheté chez Atua Cores du ruban en carbone de 10 cm de large http://www.atuacores.com/surfshop/l... et que je vais coller à l’époxy dans l’axe de la latte sur toute la longueur de l’axe médian longitudinal. La petite difficulté de cette exercice réside dans le fait que cette bande de carbone bi-directionnel est assez "épaisse" et qu’il y a un risque de relief en carène de part et d’autre de la bande. Pour éviter cela, j’ai réalisé une "mini-saignée" d’un demi millimètre de profondeur pour assurer la planéité de la carène au droit de la jonction entre la bande et le pain de polystyrène.

Après coup, je l’avoue que ce n’était pas la meilleure des solutions et que j’aurais plutôt dû préférer du carbone unidirectionnel en largeur de 5 cm. Cette solution aurait été plus simple à réaliser car le carbone unidirectionnel est moins épais et une largeur de 5 cm aurait été largement suffisante. Cela dit, ce qui est fait... est fait... et une fois de plus la solidité est assurée !!!

Comme pour chacune de mes fabrications, j’ai également opté pour des plugs FUSION + un boîtier central pour profiter de montages différents en terme de glisse. Aussi, à l’inverse de certains shapers, je préfère poser mes plugs avant de stratifier et donc de les recouvrir entièrement par les couches de fibre. Au final, je trouve cela plus solide et plus esthétique, surtout avec une résine teintée. Mais c’est totalement personnel ! Bien sûr ! Par contre, le boîtier central, je le pose après séchage de la première couche de fibre de la carène et la stratification de la deuxième couche.

Après traçage des repères sur la carène, j’ai utilisé le gabarit fabriqué par Choubakha et de sa défonceuse pour faire les réservations des plugs et de l’US Box en carène. J’ai acheté des plugs avec un angle de 5° déjà intégré pour les dérives latérales. Pour la suite, c’est assez simple : protection du pain en périphérie de la réservation, mélange de résine + micro-ballons + pigment, insertion des plugs avec dérive insérée et blocage des dérives pendant la prise de la résine.

Les renforts insérés et les plugs posés, je vais pouvoir enfin m’attaquer à la décoration et la première couche de stratification. Pour le Scorpion, j’ai opté pour la résine teintée et une partie pleine avec zébrure vers le nose. Pour la carène à déplacement, j’ai retrouvé un superbe petit paréo orange pétant très léger qui fera l’affaire pour un "patch" de renfort sur le pont et en périphérie une résine teintée violette comme pour le fameux chocolat avec la marmotte !!!

Avec le temps et les noms d’oiseaux qui ont fusé par le passé, j’utilise de plus en plus la technique du cutlap. N’étant pas vraiment "pro" pour faire de beaux rabats bien propres, la technique du cutlap facilite tout le travail du rabat surtout lors de la première stratification qui se fait sur le pain nu. Ça permet d’éviter les fils de fibre, les coulées, les paquets de résine, les sur-épaisseurs etc etc... Ça coûte un peu plus cher en ruban adhésif de masquage mais quel gain de temps en terme de finition et en économie de papier de verre... Bref, j’ai complètement adopté cette technique que je réalise pour chaque couche de stratification, même lors des couches réalisées en résine non teintée... Un coup de lame de rasoir quand c’est presque sec et un ptit coup de cale à poncer au droit de la "marche et le tour est joué !

Pour le patch en tissus orange, j’ai également utilisé cette technique de cutlap et la finition est nickel en lisière de tissus. Lors de la première couche de stratification du pont, j’ai d’abord appliqué la résine transparente au droit du tissus et ensuite au pinceau la résine teintée en bordure du tissus pour éviter de mettre du violet sur le tissus orange. Il y a aussi une petite astuce que j’ai utilisée dans le cas de cette planche dont les rails sont particulièrement fins et très difficiles à stratifier. Une heure avant de stratifier la globalité du pont, j’ai "englué" les rails de résine teintée et attendu que cela commence à gélifier. Ainsi, lorsque j’ai attaqué la stratification du pont et surtout les rabats, la fibre de verre a adhéré parfaitement aux rails sans jamais se décoller.

Nous voilà donc avec les deux ponts stratifiés et colorés. Pour les carènes, la technique est identique : tape de masquage sur le pont et résine teintée sur les carènes (partie unie et zébrures pour le Scorpion et mauve foncé pour la 7’6’’).

Les pains sont maintenant habillés recto-verso et c’est à ce moment que je pose les boîtiers de dérive centrale. Un coup de lame de rasoir au droit de la réservation faite avant stratification et puis insertion du boîtier avec résine teintée et micro-ballons. Le boîtier est mis en place avec la dérive et le tout est calé et maintenu avec de l’adhésif jusqu’à ce que la résine ait figé.

Les étapes suivantes sont très répétitives et ne sont que successions de cutlap, découpe de fibre de verre, stratification à la résine, séchage, ponçage intermédiaire, etc etc. Jusqu’à ce que le nombre de couches de fibre de verre décidé soit atteint et dans mon cas, toujours pour une question de solidité, je stratifie 3 couches sur le pont (2x200gr + 1x125gr) et 2 couches en carène (1x200gr + 1x125gr). C’est un peu plus cher, mais bien plus solide, ça marque beaucoup moins aux enfoncements qu’une stratification traditionnelle (2+1) et ça rajoute un peu de poids et donc d’inertie pour la planche... c’est un choix totalement personnel bien sûr !

Un dernier détail avant de vous confier les images, n’oubliez pas d’insérer les "logos", dessins, dimensions et autres "décorations" sur papier de soie entre les deux dernières couches de chaque côté de la planche. Ce qui évitera de risquer de les abîmer au ponçage final avant de faire le "hot coat".

Ouffffffffff... tout ça ne s’est pas fait en cinq minutes et il y a eu parfois des ratés ou des effets indésirables... les noms d’oiseaux ont fusé et les binouzes m’ont bien hydraté ! Mais globalement les 3/4 du boulot sont faits. Je vous retrouverai bientôt pour la dernière phase avant la mise à l’eau et le test des deux nouveaux bébés.

A bientôt

Répondre à cet article

Forum